Centre éducatif de Fonds Jean Noël

Le Centre éducatif de Fonds Jean Noël est situé à Lumaire, “habitation” appartenant à Fonds Jean Noël, quatrième section communale de Marigot, dans le Sud-est du pays. L’école a été créée en 1988 à l’initiative de la communauté comme une école primaire dotée d’un unique cycle de base de quatre ans. L’objectif de l’initiative était de créer une formule locale d’accès à l’école pour les enfants de la zone qui devaient marcher plusieurs kilomètres à pied pour se rendre à l’Ecole nationale de Péredo, laquelle n’était pas accessible en saison pluvieuse en raison des crues fréquentes des rivières Pavé et Figuier que les élèves devaient traverser...

   


En 2004, le premier laboratoire informatique...


En 2004, Alice et Nicolas, deux membres d'Haïti Futur se rendent à Fonds Jean Noël pour y installer un atelier informatique et l'infrastructure nécessaire à son fonctionnement (groupe électrogène...). Ils y retourneront à plusieurs reprises pour y former des responsables et compléter le matériel.






















   
UNE ECOLE COMMUNAUTAIRE
Présentation du Centre par G. Severe , directeur (oct. 2006)

La construction du bâtiment initial de l’école a été l’œuvre collective d’un groupe de parents et de jeunes de la communauté qui se sont mobilisés pour la construction du premier bâtiment devant loger l’école.

La communauté a bénéficié de l’assistance d’un sponsor externe qui a fourni les matériaux nobles (tôles et ciment) et aidé à mettre en place une association de parents d’élèves et un conseil de notables pour la gestion de l’établissement.

C’était la première fois qu’une école haïtienne faisait place à un tel niveau d’implication de parents dans la gestion, particulièrement en milieu rural, où le maître est un savant (un savé) qui vient de loin.

Quelques années plus tard, en 1993, l’Association des parents d’élèves qui a consolidé son emprise sur l’école et acquis du coup un véritable pouvoir de négociation, signera une convention avec une ONG (Plan International) qui acceptera de financer à hauteur de 80% la construction de l’école, les autres 20% étant fournis en main d’œuvre par les membres de la communauté. La construction est entièrement gérée par l’APE dont les membres découvrent et pratiquent pour la première fois de leur vie les notions de contrat, de comptes bancaires et d’émission de chèques.

Ainsi, naît un bâtiment en béton de 430 mètres carrés avec de huit salles de classe en remplacement de la petite chaumière de quatre salles de classe.

Très tôt, le schéma d’organisation de l’Ecole (Association des parents des parents d’élèves et conseil d’administration) devient un modèle qui, après deux évaluations, inspirera la décision du ministère de l’Education, de généraliser par une circulaire, en 1998, la mise en place, au sein de toutes les écoles publiques et communautaires, la structure de comités de parents d’élèves.

Sous la pression des besoins du milieu, l’Ecole primaire (six années) s’est d’abord transformée en Ecole fondamentale (9 années) pour admettre en septembre 2004 sa première promotion d’élèves de la classe de seconde (11ème année), et en Mars 2005 une section informatique.

Cette année, malgré la pression des parents, le Conseil d’administration a stoppé la progression et n’ouvrira pas de classe de Rhéto (12ème année) en attendant de trouver une formule appropriée pour le recrutement et le paiement de professeurs plus qualifiés.

L’effectif de l’école est d’environ 450 élèves. Le corps enseignant compte neuf (9) enseignants à plein temps (pour les deux premiers cycles) et une quinzaine d’enseignants vacataires qui assurent l’essentiel des cours du troisième cycle, des classes de troisième et de seconde ainsi que les cours de sport et d’éducation à l’environnement.

Nous venons tout juste d’inaugurer de laboratoire de création artistique avec le support technique de Zag et Smith Dennis, respectivement peintre et membre fondateur de l’école
Saint Soleil.

La performance de l’établissement aux examens officiels du 2ème cycle fondamental et du troisième cycle fondamental est généralement supérieure à 90%.

Geto Severe, directeur du CEFJN et Josette Bruffaerts-Thomas, présidente d'Haïti Futur (2010)





Page précédente ou Accueil

Péralte Falaise